banner web
logo

Face aux chenilles processionnaires du chêne, soyez vigilants !

Les chenilles processionnaires du chêne se multiplient ces dernières semaines dans plusieurs régions françaises. Depuis le mois juin, elles envahissent plusieurs massifs franciliens à l’exemple des forêts de Sénart, La grange, Armainvilliers, Notre-Dame…

Ces chenilles sont des lépidoptères, c'est-à-dire qu'à l'âge adulte, elles se transforment en papillon. Appelées processionnaires en raison de leur déplacement en file indienne, elles disposent de poils de soies urticants et allergisants pouvant causer des désagréments comme des démangeaisons et fortes irritations. Les moyens de lutter contre leur prolifération restent encore limités à ce jour. La vigilance doit être de mise en évitant tout contact direct avec les chenilles, leur nid et les zones potentiellement infestées.

En cas de contact, ils peuvent provoquer :
• de fortes démangeaisons et des réactions cutanées
• des réactions allergiques importantes
• des difficultés respiratoires pouvant être sévères pour les personnes asthmatiques

Il est donc fortement recommandé de :
• porter des vêtements longs, des casquettes et des lunettes en forêt
• ne pas toucher les chenilles ou les nids
• ne pas s’approcher des chênes contaminés
• éviter de se frotter les yeux en cas de démangeaisons
• laver les vêtements potentiellement contaminés
• voir un professionnel de santé en cas de symptômes aggravés

Affiche chenilles processionnaires

 

 

Chaque année, il arrive que les promeneurs fassent part à l'ONF de leurs interrogations sur le stockage de bois, effectué le long des routes forestières.  
 
Outre leur fonction sociale et environnementale, les forêts d’Île-de-France fournissent du bois. Gérées durablement par l’ONF, elles contribuent à répondre à la demande sociétale en bois matériau comme en bois énergie.  

En cette saison, les interventions sylvicoles (coupes, travaux) sont les plus fréquentes en forêt. A Sénart, elles se font directement par les bucherons de l’ONF ou par des entreprises forestières en contrat avec l’ONF. Avant d’être vendu, le bois est préparé en bord de parcelle ce qui nécessite d’avoir des emplacements pour le stocker et garantir les conditions de sécurité liées à son transport.  

Pour le bois d’œuvre, les arbres récoltés sont présentés sous forme de grumes (troncs d’arbres coupés) alignées et triées par qualité. Quant au bois de chauffage, il est directement empilé, en longueur d’un ou deux mètres, le long des routes forestières.

Ces bois resteront stockés sur place plusieurs semaines avant leur transfert vers les usines de transformation. Ils trouveront de multiples usages de la construction à l’ameublement en passant par l’aménagement extérieur des maisons, la tonnellerie ou encore la production d’énergie, ce bois agrémentera notre vie quotidienne.


Tout savoir sur la forêt de Sénart et sa gestion

Située aux portes de la capitale, la forêt domaniale de Sénart constitue un espace naturel apprécié par la population riveraine. Cette forêt gérée par l'ONF, conserve les paysages, sauvegarde les milieux naturels comme les espèces animales ou végétales. Enfin, elle fournit également du bois, comme matériau (construction, ameublement), ou source d’énergie  pour répondre à la demande sociétale.

Sa gestion est encadrée et planifiée dans un document, appelé « aménagement forestier », qui programme les interventions à mener dans la forêt pour les 20 prochaines années. L’ancien aménagement a pris fin en 2012, et un nouveau plan a été élaboré pour la période 2015-2031.

L’ONF s’est orienté à Sénart vers une sylviculture, dite « irrégulière », adaptée aux enjeux périurbains notamment paysagers. Cette dernière fait cohabiter les arbres d’âge, de composition et de taille variés sur une même parcelle. Les choix sylvicoles s’opèrent arbre par arbre, et non plus à l’échelle parcellaire. Cette gestion maintient partout l’aspect boisé de la forêt sans coupe « rase ».


La clé de détermination des arbres

Un chêne, un châtaignier, un pin sylvestre... Pas si facile de répondre à cette question, que nos enfants nous posent en arpentant les forêts. Il y a 2 grandes familles chez les arbres : les conifères, aussi appelés résineux, et les feuillus. Les feuillus ont généralement des feuilles plates. Ces arbres ont un feuillage caduque, c’est-à-dire qu’ils perdent leur feuilles à l’automne. Les conifères, eux, c’est le contraire. Ils gardent en général leur beau feuillage toute l’année. On parle de feuillage persistant. Les conifères se reconnaissent par leurs aiguilles, une feuille longue et piquante comme une aiguille à coudre. Leurs fruits, en botanique, se nomment des cônes, à cause de leur forme.

Savez-vous reconnaître les arbres ? Une silhouette, un fruit ou une écorce suffisent parfois, mais pour être certain de l’espèce, il faut savoir prendre son temps en observant bien leur feuillage. Avec une clé de détermination que propose l’ONF tout devient plus simple. Une clé de détermination se lit, comme un livre, de gauche à droite, il suffit ensuite de suivre les étapes. Préparez vos sorties nature, et glissez là dans votre poche pour embellir vos promenades.

L’application mobile « clé de forêt »

L’ONF a lancé l’application mobile clé de forêt. En répondant à quelques questions sur la forme des feuilles et des fruits d'un arbre, l'application identifie l'espèce concernée et affiche sa fiche descriptives (photos de feuilles, fruits, écorce, fil du bois…). Vous pouvez également ajouter dans la fiche vos propres photos. C'est un support ludique à partager en famille. Avec cette appli, vous deviendrez incollable sur les arbres. L’application clé de forêt est disponible gratuitement sur Google Play et App Store.

pdfN’hésitez pas à télécharger ou à faire connaître la clé de détermination des arbres

En Bref...

  • 1
  • 2
  • 3